logoGDSA2

 

logosavoiereduit

 

Définition

 

L’article D. 5143-6 du code de santé publique du CSP, le Programme Sanitaire d’Elevage Apicole peut être défini comme « l’ensemble des interventions qui doivent être réalisées systématiquement dans un but prophylactique sur l’ensemble des ruchers, selon un calendrier préétabli, en fonction des dominantes pathologiques particulières aux colonies d’abeilles et compte tenu, tant, des conditions géographiques propres à la région, que des facteurs climatiques et saisonniers ».

En apiculture, certaines pathologies particulières sont classées en :

- dangers sanitaires de 1ère catégorie : loque américaine, nosémose, aethina tumida et tropilaelaps clarae. Ces deux dernières pathologies ne sont, pour le moment, pas présentes en France.

- dangers sanitaires de 2ème catégorie : la varroose, le frelon asiatique.

Parmi ces pathologies, seule la varroose peut faire l’objet d’interventions systématiques dans un but prophylactique.

 

Objectifs

 

- Agir auprès des apiculteurs pour diffuser de bonnes pratiques sanitaires apicoles. Ces pratiques devraient limiter le développement des maladies apiaires.

- Agir de manière préventive contre la varroose présente dans la quasi-totalité des ruchers en abaissant la pression du parasite à un seuil tolérable par la colonie.

- Malgré toutes les mesures prophylactiques, les maladies contagieuses et les parasitoses peuvent contaminer un rucher. Ceci est particulièrement vrai pour la loque américaine, la nosémose et la varroose. Dans l’impossibilité de trouver pour l’instant des souches d’abeilles résistantes ou tolérantes à ces pathologies, il faut, pour lutter efficacement contre ces pathologies, faire appel aux moyens disponibles en pharmacie vétérinaire.

- Cependant, en vue de conserver au miel sa réputation de produit naturel donc de qualité, il faut fournir au consommateur un produit sain et exempt de résidus de toutes sortes. C’est pourquoi, il faut inciter les apiculteurs à mettre en oeuvre des pratiques limitant au maximum l’usage des produits chimiques, tout en conservant la maîtrise de ces pathologies, et à n’utiliser que les produits ayant une A.M.M.

- Les foyers de loque américaine sont traités, conformément à l’arrêté préfectoral. L’usage des antibiotiques est interdit.

- Aucun médicament vétérinaire n’existe pour traiter les foyers de nosémose.

- L’utilisation d’un registre d’élevage apicole (rendu obligatoire par l’arrêté du 5 juin 2000, et publié au J.O. du 25 juin 2000) permet aux apiculteurs d’avoir un outil utile pour un meilleur suivi sanitaire des colonies d’abeilles, donc une traçabilité garante de sécurité du produit.

Recherche

Visiteurs

83919
Ce jour
Hier
Cette semaine
Ce mois
En tout
121
117
457
1948
83919
IP : 54.162.250.227
2017-11-23 21:04

Qui est en ligne?

Nous avons 13 invités et aucun membre en ligne

Mentions Légales


Copyright © 2014.Toutes reproductions interdites.